Peinture à la pomme de terre : retour d’expérience après 3 ans [Interview]

Peinture à la pomme de terre

Stéphane et sa femme sont propriétaires d’une ancienne ferme auvergnate qu’ils ont entièrement rénovée. "Tendre vers un idéal écologique", ce fut dès le départ leur volonté puisqu’ils se sont engagés depuis plusieurs années dans une démarche éco-citoyenne en choisissant :

  • de privilégier les énergies renouvelables,
  • d’utiliser des matériaux sains et naturels lors des travaux de rénovation,
  • d’optimiser la gestion de l’eau,
  • de trier et valoriser les déchets ménagers.

Située au cœur du massif central, dans un parc naturel auvergnat, non loin du Puy-en-Velay, cette ancienne ferme a été reconvertie en une spacieuse maison d’habitation et un éco-gîte labellisé de 10 personnes, pour un séjour en harmonie avec la nature. Leur bien est aujourd’hui à vendre. Sachez aussi qu’il comporte un éco-gîte de 10 personnes où l’on peut se ressourcer dans un endroit calme et authentique.


Stéphane nous livre ici son retour d’expérience et son avis sur une peinture sans formaldéhyde ni autre dangereux COV (composés organiques volatils) : la peinture à la pomme de terre.

Peinture pomme de terre

C’est pour revêtir les murs d’une buanderie qu’il a décidé de tenter une recette vue dans le magazine La maison écologique.
Ne cachons pas que l’un des intérêts majeurs est de savoir ce que cela donne après 3 ans…

Avant de commencer, voici rapidement quelques notions de composition de peinture : une peinture est composée au minimum de 4 composants :

  • les pigments qui colorent et rendent opaque,
  • la charge qui permet d’épaissir, d’apporter du volume,
  • les liants qui lient les pigments entre eux et la charge et permet la fixation sur le support,
  • le diluant qui liquéfie l’ensemble pour permettre une application plus facile.

Des additifs sont parfois ajoutés pour améliorer les caractéristiques de la peinture, comme accélérer le séchage par exemple.

Note importante : des mesures de protection sont à suivre, cf. § Mise en garde.

Peinture à la pomme de terre : le choix


Pourquoi avez-vous retenu une peinture naturelle à base de pommes de terre plutôt qu’une peinture à la caséine, à l’argile ou autre ?

L’idée nous paraissait originale et surprenante. Donc, il y a eu de la curiosité dans un premier temps puis, étant jardinier amateur, la matière première était là, à portée de main.

Quelle pièce avez-vous choisi pour votre expérimentation ?

C’est une petite pièce d’environ 4 m² au sol, où nous avons mis la machine à laver du gîte et elle sert aussi de rangement; cette pièce n’est pas humide, elle est isolée au plafond avec de la laine de bois.

Peinture à la pomme de terre : la préparation


Pigments - peinture écologique

Quel était le support et comment l'avez-vous préparé ?

Le support était du plâtre sur un mur et du placoplatre sur le reste avec une sous-couche blanche acrylique (je suppose, je ne suis pas sûr vu que ce sont les anciens propriétaires qui ont peint).
J’ai poncé et rebouché les trous au plâtre avant d’appliquer la peinture à la pomme de terre.

Avez-vous utilisé de la pomme de terre ou de la fécule de pomme de terre ?

Que de la pomme de terre.

Quels ont été les autres composants de votre recette, en quelle quantité et où vous êtes-vous fourni ?

Pour 10 m², j’ai utilisé :

  • 500 g de pomme de terre (le liant),
  • 1 kg de blanc de Meudon (la charge),
  • 100 g de pigment,
  • 4 litres d’eau (le diluant),

et de la cire d’abeille en finition.

Je me suis procuré les pigments et la cire d’abeille naturelle dans un magasin de matériaux écologiques, Batisbio à Yssingeaux en Haute-Loire (43).

Peinture à la pomme de terre : recette et mise en œuvre


Blanc de Meudon

Pouvez-vous nous décrire les différentes étapes de la préparation de la recette et l’application de la peinture ?

J’ai suivi une recette du magazine "La maison écologique" publiée dans le n° de février 2008 :

1 - Préparez une purée avec les pommes de terre. Faites-les cuire, écrasez-les ou passez-les au mixeur ou au presse-purée, et préparez votre purée avec de l’eau chaude. Pour 500 grammes de pommes de terre, comptez 2 litres d’eau chaude. Faites une purée bien lisse, sans grumeaux.
J’ai utilisé un presse-purée.

2 - 1 litre d’eau froide pour 1 kg de blanc de Meudon. Mélangez bien, voire battez le mélange au fouet.
J’ai juste bien mélangé.

3 - Mélangez maintenant les 2 préparations, votre purée avec le blanc de Meudon.

4 - Mélangez de l’eau froide et le pigment. Environ 1 litre d’eau froide pour 100 grammes de pigment (ajoutez plus ou moins de pigment selon la couleur souhaitée).

5 - Mélangez votre couleur à votre mélange de pommes de terre et blanc de Meudon pour obtenir une peinture bien homogène. Si malgré tout vous avez encore des grumeaux, vous pouvez tamiser le tout avant de passer à l’application de la peinture sur les murs.
J’ai tamisé avec une simple passoire fine.

Melangeur adaptable sur perceuse - spirale

Je me souviens aussi avoir mélangé l'ensemble final avec un mélangeur que l'on peut mettre au bout d'une perceuse.

Il faut bien mélanger votre peinture très régulièrement en cours d'application car le mélange a tendance à s'épaissir rapidement au fond.

J’ai passé, à l’aide d’un gros pinceau, 2 couches en attendant 24 heures entre les deux.

Peinture à la pomme de terre : retour d’expérience


Peinture à la pomme de terre : impressions pendant et après le travail

La peinture est-elle couvrante ?

Nous avons fait 2 couches : elle est relativement couvrante; cela dépend aussi du pigment et de sa quantité. C’est une peinture facile à appliquer. Avec une douce odeur de purée …

La coloration s’est-elle estompée au séchage ?

Un peu au séchage.

Pourquoi avez-vous utilisé de la cire d’abeille, quels en sont les avantages ?

Cire d'abeille en pain

Avec la cire d’abeille, le résultat final est encore plus soyeux en lustrant avec un chiffon doux. Au séchage, cela donne un aspect plus durci et donc plus résistant aussi.

La cire protège la peinture et évite sa chute ou son écaillement lors de frottement ou d’impact.

La cire d’abeille est naturelle, économique et aujourd’hui que nous avons des ruches, il est encore plus logique de l’utiliser.

Quelles étaient les étapes les plus longues ?

Le plus long est la préparation (boucher les trous…) puis le reste est relativement rapide d’autant plus que la pièce est petite ici; l’application de la cire est plus longue cependant car il faut souvent recharger en cire.

Au final, cette recette donne quel aspect ? Est-il mat ?

L’aspect est plutôt mat mais il devient plus brillant avec la cire.

Avez-vous été satisfait du résultat après avoir fini ?

Agréablement surpris et même si le mur n’était pas parfaitement lisse, l’aspect est plutôt sympa.

Impression après quelques années

Après plusieurs années, le résultat est-il toujours stable ?

On appréhendait que dans le temps, la peinture s’écaille ou s’estompe mais rien de tout cela après plus de 3 ans, le résultat est toujours impeccable. Pas de fragilité ni d’écailles.

Avez-vous observé des moisissures à certains endroits ?

Non.

Peinture à la pomme de terre : conclusions


Peinture écologique

En résumé, quels qualificatifs utiliseriez-vous pour définir cette peinture ?

Vraiment facile d’utilisation, d’aspect vraiment sympathique, de qualité économique et écologique !

Si vous recommenciez, que changeriez-vous ? Ajouteriez-vous ou changeriez-vous des ingrédients : fécule de pomme de terre, lait, huile de lin, citron, savon noir, … ?

Sur certains sites, on affirme que seule la fécule de pomme de terre suffit et même que travailler toute la pomme de terre pourrait engendrer des moisissures, …




Si vous deviez repeindre cette même pièce, recommenceriez-vous avec ce type de peinture ?

Sans problème. Au départ, cet essai a été fait dans une petite pièce peu regardante mais aujourd’hui nous envisageons de refaire l’expérience dans une chambre.

Y a-t-il des contextes ou des lieux pour lesquels vous déconseilleriez l’usage de cette peinture (développement de bactéries, …) ?

Dans des pièces humides, l’expérience n’est peut-être pas à faire, je ne sais pas …

Avez-vous cherché à évaluer approximativement le coût au m² ?

Non mais c’est vraiment modique si en plus on a les pommes de terre et la cire…

Un grand merci, Stéphane, de nous avoir livré ce retour d’expérience !

Peinture à la pomme de terre : et vous ?


Etes-vous prêts à vous lancer ?
Ou si vous avez déjà testé, êtes-vous aussi satisfait que Stéphane ?
Ou peut-être avez-vous une recette un peu différente à suggérer ?

Les commentaires ci-dessous sont là pour accueillir vos réactions et vos envies de partage !
(Votre adresse email ne sera pas publiée)

Mise en garde

Outre une aération correcte de la pièce, il est nécessaire de se protéger au maximum des matières pulvérulentes (poudre et poussière), y compris du blanc de Meudon, et des pigments qui sont toxiques ne serait-ce que par contact avec la peau. Il faut donc porter des équipements de protection adaptés et suivre des mesures de protection adaptées, se référer à la notice des produits achetés et aux conseils de professionnels qualifiés. Consultez également les informations et mentions légales concernant les mises en garde, les recommandations et d’autres informations importantes.

Crédits

Crédit recette : Le magazine "La maison écologique" publiée dans le n° de février 2008 avec leur aimable autorisation.
Crédits photo :
- le local peint et l'éco-gîte : les propriétaires
- les pigments : Dan Brady CC-BY-2.0 via Wikimedia Commons
- le blanc de Meudon : Hardcoreraveman (domaine public) via Wikimedia Commons
- le mélangeur spirale adaptable sur perceuse & la cire d’abeille : Thomas apiculture avec leur aimable autorisation.

Commentaires

1. Le mercredi 31 juillet 2013, 10:15 par Marie LN

Bonjour,

Le sujet m'intéresse beaucoup, mais j'ai encore des questions :

Quelle quantité de cire d'abeille avez-vous utilisé ?
Comment avez-vous préparé la cire d'abeille ?
Cire jaune ou blanche ?
A quel moment l'avez-vous incorporée et de quelle façon ?

Merci !

Marie-Hélène

2. Le samedi 10 août 2013, 15:28 par Stéphane

Bonjour Marie-Hélène et désolé pour le retard de ma réponse.
Nous avons utilisé de la cire d'abeille jaune achetée en magasin pour réaliser la pièce et ceci en petite quantité. Nous avons des ruches actuellement mais nous n'avons pas encore essayé avec leur propre cire.
Lorsque la peinture est sèche, nous avons lustré de cire avec un chiffon doux.
Bien à vous.
Stéphane

3. Le samedi 10 août 2013, 15:43 par Habitat groupé

Merci beaucoup Stéphane pour ce complément d'informations !

Marie-Hélène, n'hésitez pas à nous faire part à votre tour de votre retour d'expérience. Vous pourrez m'envoyer vos photos, je les intégrerai à votre message. Bonne peinture !

Bonne fin d'été à tous !

Ecologiquement vôtre,
Olivier.

-

4. Le samedi 10 août 2013, 21:20 par Marie LN

Bonjour stéphane et merci de votre réponse.
Merci à olivier d'avoir transmis ma requête !
Ecologiquement vôtre

5. Le lundi 24 février 2014, 15:23 par hln

Bonjour,

J'ai testé cette recette avec juste un détail différent, j'ai rajouté du lait à mon mélange. combien de couches avez vous passé ? Pour du jaune il m en a fallu 4 !!

6. Le lundi 24 février 2014, 20:59 par stephane

Bonjour,
J'ai bien passé deux couches mais c'était en rouge et on aurait sûrement pu en passer d'autres pour un effet plus foncé...
Bien à vous .
Stéphane

7. Le mardi 25 février 2014, 00:10 par Immobilier écologique

Bonjour,

Merci hln pour votre retour d'expérience et merci Stéphane pour cette précision.

Hln, pour répondre à la dernière question de votre article concernant la tenue sur le long terme, Stéphane en est satisfait après 3 ans et comme il le précise plus haut, la cire d'abeille y est pour quelque chose.

Ecologiquement vôtre,
Olivier.

8. Le mercredi 23 avril 2014, 21:41 par Heidie

Bonjour,
J'ai fait la même recette de peinture que vous et le rendu est très convenant. Pour protéger la peinture j'ai acheté comme vous de la cire d'abeille en bloc mais comment préparez vous la cire ? Comment l'appliquez vous ? Vous la faites fondre au bain marie ?
Merci d'avance pour votre réponse.
Cdt
Heidie

9. Le lundi 28 avril 2014, 14:56 par stephane

Bonjour,
J'ai passé directement la cire avec un chiffon doux sur les murs peints. Au besoin , on peut chauffer un peu la cire pour la rendre plus molle et donc plus facilement applicable.
Nous avons fait cette peinture il y a un certain temps et il nous semble que nous avions acheté cette cire d'abeille en magasin prête à l'emploi( nous n'avions pas encore de ruche à l'époque..) : est-elle filtrée ou modifiée et donc plus facilement applicable ?
Si vous trouvez la solution pour étaler facilement la cire brute, n'hésitez pas à me la communiquer.
Bonne continuation pour votre projet.
Bien à vous.
S.Arsac

10. Le lundi 28 avril 2014, 15:36 par Olivier

Merci beaucoup Stéphane pour ce complément d'informations !

Ecologiquement vôtre,
Olivier.

11. Le mardi 23 septembre 2014, 17:15 par dom

bonjour,
Est il possible d'utiliser la peinture à la pomme de terre en extérieur?
Combien de temps résiste elle?

12. Le mardi 23 septembre 2014, 17:25 par Annuaire éco-construction

Bonjour Dom,

Je ne l'ai pas testé moi-même en extérieur mais d'après plusieurs sources sur Internet, il semblerait que cette peinture naturelle convienne aussi à des usages extérieurs et présente une bonne tenue dans le temps.
Si d'autres ont un retour d'expérience et peuvent confirmer ceci, ne vous privez pas ;-) !

Ecologiquement vôtre,
Olivier.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.immobilierecologique.fr/trackback/47

Fil des commentaires de ce billet